(Presse) Dunkerque Le DJ Charles Stif, des dancefloors des soirées dunkerquoises aux platines en Chine

Article La Voix du Nord

Le nom de Charles Stif est déjà bien connu sur les dancefloors du Nord et du Japon. Il est en passe de le devenir sur les pistes de danse chinoises.

Charles Stif a fait ses débuts en 2010, comme DJ au Zataspata. Pourtant, rien ne prédestinait le jeune Dunkerquois, âgé de 25 ans, à baigner dans le monde de la musique. « Quand j’étais petit, il n’y avait jamais de musique à la maison, se souvient Charles Stif, ma mère n’aimait pas trop les boum boum. En 2008, dans un mariage, j’ai été attiré par la vieille sono du DJ. C’est là que j’ai composé mes premières playlists. »

Être DJ ne consiste pas simplement à passer des disques : « Ça, tout le monde peut le faire. C’est un assemblage de musique. Il faut analyser l’ambiance de la soirée pour voir ce qui est susceptible de plaire. »

« Au Japon, les gens étaient vraiment réceptifs, il y avait une vraie connexion. De nombreuses Japonaises m’envoient des cœurs. »

Charles mixe régulièrement au Coconut, au Carré VIP et au Casino de Dunkerque. Une de ses connaissances travaillant au Japon le repère sur un réseau social et n’hésite pas à le contacter pour lui proposer une date, en mars de l’année dernière. « C’était un gros stress de jouer là-bas. Finalement, les gens étaient vraiment réceptifs, il y avait une vraie connexion. J’ai passé un peu de tout, AC/DC, les années 80 et même du Édith Piaf. » Il y retourne en juillet de la même année, et marque les esprits. « De nombreuses Japonaises m’envoient des cœurs » s’amuse Charles Stif.

L’effet « French touch » est susceptible de conquérir également le cœur des Chinois. L’ISCID, l’école de commerce internationale de Dunkerque où Charles a validé son bac + 5 en communication, le contacte pour lui proposer de prendre une étudiante en stage (il est également dirigeant de Music Eyes Design). Jiaqi, une étudiante chinoise, favorise les échanges entre les deux pays. « Elle m’a trouvé une date là-bas, j’y joue le mardi 9, mais avant de partir, je dois apprendre les règles de bienséance. »

Assoiffé de voyages « pour une ouverture d’esprit, pour découvrir d’autres cultures et prendre de la hauteur, sans prendre les gens de haut », Charles n’a pas fini de voyager avec ses platines dans les valises. Cet été, il partira pour la Suisse et la Guadeloupe.

On peut suivre les aventures de Charles Stif sur sa page Facebook